Célèbre aussi bien pour ses portraits intimes de femmes algériennes que pour ses caricatures promouvant l’égalité des genres, l’artiste Daiffa a laissé sa marque imprégnée de couleurs vives dans le paysage culturel du pays.

La peintre autodidacte Daiffa est originaire d’El Menia dans la wilaya de Ghardaïa. Elle se consacre tout d’abord à l’enseignement, tout en travaillant dans divers journaux en tant que rédactrice ainsi que comme dessinatrice de presse. Elle publie en 1994 son album « L’Algérie des femmes », qui témoigne de la résilience de l’engagement féminin dans le pays pour l’égalité et de la place de l’humour dans les revendications sociopolitiques. Daiffa a en effet milité pendant de nombreuses années aux côtés du mouvement associatif féminin en Algérie, notamment pour l’abrogation de certains articles du Code de la famille.

Celle qui figure parmi les premières femmes en Algérie à avoir œuvré dans la profession est toutefois contrainte de quitter le pays en 1995 durant la décennie noire en raison de ses caricatures engagées. L’artiste s’installe alors en France où elle continue ses dessins satiriques dénonçant les injustices (elle participe en 1997 à l’album collectif « Vive la démocratie » avec Slim, Gyps, Elho et Fathy) et se consacre également à la peinture.

Ses œuvres sont alors non seulement empreintes d’influences issues de l’art naïf de l’artiste Baya Mahieddine, mais aussi de l’art symbolique et sensuel de Choukri Mesli.

Si des similarités peuvent être observées avec les œuvres colorées d’artistes du courant orientaliste à l’instar d’Henri Matisse ou d’Eugène Delacroix, la particularité de Daiffa vient de sa capacité à mobiliser les canons du mouvement afin de se les réapproprier et de dresser un portrait intime contemporain des femmes algériennes dans le cadre de la sphère privée.

Mises en scène dans des poses sensuelles mais anodines, les femmes de l’univers artistique de Daiffa ont des formes voluptueuses qui se mêlent harmonieusement au monde qui les entoure et baignent dans des figures géométriques ou calligraphies dynamiques. A travers ses peintures, c’est une culture et un univers féminin que Daiffa sublime.

Oeuvres : Daiffa