Les super-héros et super-héroines d’origine algérienne constituent souvent une courroie de transmission d’un message d’inclusion de la diversité. Certains d’entre eux représentent les premiers personnages musulmans créés dans l’univers des comics.

Stan Lee, le scénariste et éditeur américain de comics à l’origine de la popularisation du genre, s’est éteint le 12 novembre à New York. Il avait cocréé, aux côtés de dessinateurs tels que Jack Kirby et Steve Ditko, plusieurs milliers de personnages associés à l’univers Marvel, dont Spider-Man, Iron Man, les X-Men et les Avengers.

Issu d’une famille d’immigrants roumains juifs, Stan Lee apporte dès le début des années 1960 un vent de créativité prenant en compte les transformations sociopolitiques américaines. Ainsi, il crée avec Jack Kirby l’un des premiers super-héros d’origine africaine : T’Challa, aussi connu sous le nom de Panthère noire (Black Panther). Dans sa page éditoriale, il développe le concept des « Stan’s Soapbox », un encadré mettant en avant ses écrits engagés contre la discrimination, l’intolérance et l’injustice, afin de faire écho au mouvement afro-américain des droits civiques. Il puise également dans les expériences de Martin Luther King Jr. et Malcolm X afin de développer les philosophies respectives du Professeur X et du survivant de l’Holocauste, Magneto, au sein de l’aventure des X Men.

« Disons-le clairement. L’intolérance et le racisme font partie des maux sociaux les plus dangereux auxquels le monde fait face aujourd’hui. (…) La seule manière de les éliminer est de les exposer – de les révéler au grand jour comme les maux insidieux qu’ils sont. (…) Bien que l’on puisse ne pas apprécier un individu, il est complètement irrationnel de condamner une ethnie entière, de mépriser une autre nation et de vilipender une religion. »

Stan Lee – Soapbox : Décembre 1968

La représentation des minorités au sein de l’univers des comics américains a ainsi reflété les changements historiques que le pays a traversé. Cette question est toutefois fondamentale en ce que les comics ciblent une audience diversifiée, qui s’identifie au personnages et est influencée par le type de discours véhiculé.

Parmi les personnages créés, on compte un certain nombre de super-héros et de super-héroines dont les origines algériennes constituent souvent une courroie de transmission d’un message d’inclusion de la diversité. Certains d’entre eux représentent d’ailleurs les premiers personnages musulmans créés dans l’univers des comics.

Kismet : le premier super-héros musulman

Photo : Kismet: Man of Fate – Comic Vine

Kismet – Man of Fate (Homme du destin) est un personnage apparu pour la première fois en 1944, durant l’âge d’or des comics. Musulman d’origine algérienne, Kismet est un agent au service des Alliés durant la Seconde guerre mondiale et se bat contre le nazisme. Vêtu d’un habit traditionnel et d’un tarbouche, son vrai nom est Khalil Qisma et il est originaire de la ville d’Alger. Parmi ses pouvoirs, on compte notamment la capacité de prédire le futur et un sens développé pour la stratégie. Kismet a été créé par Omar Tahan, un pseudonyme pour un ou plusieurs des auteurs et dessinateurs travaillant au sein de la maison d’édition Elliot Publishing.

L’originalité de Kismet vient du développement d’un personnage musulman, sans orientalisme. Des signes de sa religion et de son appartenance ethnique sont mentionnés ou visibles, mais ses aventures suivent le parcours des autres super-héros. Il présente aussi la particularité d’éviter de tuer ses adversaires et de ne jamais être l’agresseur, laissant la destinée de ses ennemis à la volonté divine.

Kismet est considéré comme le premier authentique super-héros musulman.

Monet St. Croix : la première mutante musulmane

Photo : Monet St. Croix – Comic Vine

Le personnage de Monet St. Croix (aussi connue sous le nom de M) a été créé en 1994 par Scott Lobdell et Chris Bachalo. Membre de Generation X, une équipe de super-héros affiliée aux X Men de l’univers Marvel, elle nait en Bosnie d’un père monégasque et d’une mère algérienne. Monet St. Croix développe dès son enfance des pouvoirs dont une force et une vitesse surhumaines, ainsi que l’auto-guérison et la télépathie.

Avec une identité complexe, Monet St. Croix révèle sa religion lors d’un rassemblement contre les musulmans dans la ville de New York. Féminine et rebelle, son personnage est aux antipodes de certains clichés concernant les femmes musulmanes tels qu’incarnés à travers des personnages comme Dust, également issue de l’univers Marvel.

Photo : Monet St. Croix – Comic Vine

Monet St. Croix est considérée comme la première super-héroine musulmane de l’univers Marvel.

Nightrunner : le premier super-héros musulman de l’univers de DC Comics

Le personnage de Bilal Asselah, aussi connu sous le nom de Nightrunner (Parkoureur dans la version française), a fait une entrée des plus remarquée au sein de l’univers de DC Comics en 2010. Créé par le scénariste David Hine et le dessinateur Kyle Higgins, Nightrunner est un jeune français d’origine algérienne habitant à Clichy-sous-bois, passionné de parkour.

Photo : Nightrunner et Batman – Comic Vine

Bilal Asselah est confronté lors de son 16ème anniversaire à la violence policière durant des émeutes. Suite à la mort de son ami Aarif, il décide de prendre le masque de Nightrunner afin de se battre pour la justice, tout en évitant de sombrer dans le sentier de la vengeance. Il est recruté par Batman afin de représenter Batman Incorporated – un groupe de super-héros associés à Batman – dans l’Hexagone.

L’entrée de Nightrunner au sein de l’univers a fait couler beaucoup d’encre au sein de certains cercles conservateurs américains, reprochant aux auteurs de ne pas avoir plutôt choisi un « vrai Français » et d’avoir mis en avant un personnage musulman et d’origine algérienne. La médiatisation a toutefois permis de populariser un nouveau personnage à l’identité complexe, qui de plus est le premier super-héros musulman de l’univers de DC Comics. La création de Nightrunner est l’occasion d’une représentation positive et prouve que les comics peuvent refléter avec nuance la diversité des sociétés contemporaines.

Photo : Nightrunner et Batman – Comic Vine

Photo : Monet St. Croix – Comic Vine