DZign 2020+1, la première biennale algéro-française du design, se déroule dans la capitale jusqu’au 27 juin 2021 sous le thème « Réinventer la ville par le design ». L’initiative, pensée comme un parcours dans la ville d’Alger, a pour fil conducteur une réflexion pluridisciplinaire autour de projets durables et innovants, transformant les territoires urbains.

Image : Affiche de l’évènement DZign 2020+1 conçue par l’artiste El Moustach sur une photo de fond de Kays Djilali issue de l’ouvrage Alger sous le ciel.

L’évènement, châpeauté par l’Institut français d’Algérie, vise à valoriser le travail de jeunes créatrices et créateurs, tout en participant au développement et à l’enrichissement de la scène contemporaine du design. Il s’agit de la première manifestation de la biennale organisée en deux temps, la seconde phase se déroulant en novembre 2021 avec une Design Week de dix jours.

DZign 2020+1 est le produit d’une collaboration pluridisciplinaire inédite entre acteurs et actrices des deux rives de la Méditerranée, issus des mondes de l’architecture, de l’ingénierie, du design, de l’urbanisme et de l’art. Le projet a pour ambition selon l’architecte designer commissaire de l’évènement Feriel Gasmi Issiakhem de « montrer comment le design, par la diversité de ses méthodes d’action dans l’espace urbain, répond à des enjeux qui concernent la société dans son ensemble : développement durable, économique, culturel et social ».

Photo : Feriel Gasmi Issiakhem durant l’évènement DZign 2020+1 – Institut français d’Algérie

La biennale, rythmée par des conférences, trois expositions, des journées portes ouvertes, des ateliers, des projections de films inédits, des performances musicales, des Masterclasses ou encore des travaux de réaménagement urbains, voit la participation de nombreux groupes partenaires dont le ministère de la Culture et des Arts, l’Institut français du Design, l’École polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme d’Alger (EPAU) , l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel, l’École supérieure des Beaux-arts d’Alger (ESBA), les Ateliers sauvages et le Musée d’Art moderne d’Alger (MAMA).

Photo : Sofiane Bakouri, Exposition Intramuros, DZign 2020+1 – Institut français d’Algérie, Agence algérienne pour le rayonnement culturel

DZign 2020+1 voit également la participation de nombreuses figures incontournables du monde du design dans les deux pays, à l’instar de Chafik Gasmi, Halim Faïdi, Imaad Rahmouni, Kamel Louafi, Djamel Klouche, Yamo, Matali Crasset, Jean-Paul Viguier, Philippe Starck et Marc Aurel.

Le lancement de la biennale a été marqué par le vernissage de l’exposition « Photographiez la cité de demain / Explore outside the box », qui a mis en avant à l’Institut français d’Alger des œuvres sélectionnées dans le cadre d’un concours de photographie organisé en partenariat avec l’Institut français du design de Paris, à destination d’étudiants d’écoles d’art, de design et d’architecture d’Algérie et de France.

Photo : Exposition « Photographiez la cité de demain » par Sofiane Bakouri, Institut français d’Algérie

Une seconde exposition, Extramuros, se déroule jusqu’au 26 juin aux Ateliers sauvages et regroupe les installations d’architectes, de designers et d’artistes, aussi bien étudiants que professionnels, focalisées sur des projets liés aux espaces urbains de divers villes du pays.

Photo : La designer Louise Dib durant l’exposition Extramuros aux Ateliers sauvages
Photo : Exposition Extramuros, DZign 2020+1 aux Ateliers sauvages

La troisième exposition, Intramuros, organisée en collaboration avec l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel et le Musée d’Art moderne d’Alger, est également programmée jusqu’au 26 juin dans les jardins de la villa Dar Abdellatif. L’exposition regroupe les œuvres d’une vingtaine de créateurs et créatrices et est dédiée quant à elle aux objets du quotidien en lien avec les espaces intérieurs, avec une installation inédite des travaux de l’artiste Mahjoub Ben Bella.

Comment le design s’adresse-t-il au plus grand nombre en rendant cette discipline accessible au quotidien ? Comment le design s’empare-t-il de la culture et des pratiques locales pour les transformer en créations, produits, services, systèmes pour faciliter et embellir nos vies ?

DZIGN 2020+1 veut montrer que le design aujourd’hui, parti de l’univers du mobilier, s’est transformé en science au service de l’homme, pour ses espaces de vie communs. 

Photo : Sofiane Bakouri, Exposition Intramuros à Dar Abdellatif, DZign 2020+1

Le 26 juin, la clôture des expositions Intramuros et Extramuros sera marquée par une performance du collectif musical Tinnit (Hacene Zemmrani, Youcef Bouzidi et Mehdi Hachid) à la villa Dar Abdellatif, tandis que le 27 juin, l’artiste figure de proue du mouvement pop art en Algérie,  El Moustach, livrera une performance pour la clôture de l’exposition « Explore outside the Box » à l’Institut français d’Alger.

En novembre, durant la Design Week s’étalant sur dix jours, des installations éphémères de design urbain seront présentées par des designers et étudiants de l’École polytechnique d’architecture et d’urbanisme d’Alger (EPAU) et par des concepteurs designers de France. Des rencontres-débats et des Masterclasses seront aussi organisées avec des personnalités issues du monde du design.

Pour ne râter aucun futur évènement de cette initiative inédite, le programme complet de la biennale est par ici.